L’exposition présente onze lithographies originales ainsi que plusieurs aquarelles, très rarement exposées, dévoilant le processus créatif de Rivière. Toutes sont consacrées à la Bretagne.

 

Chaque année, de 1885 à 1916, Rivière, né à Paris en 1864, arpentait les côtes bretonnes de mai à octobre, résidant à Saint-Briac puis Tréboul, Morgat et Loguivy, près de Paimpol, où il se fit construire une maison. Emportant son matériel d’aquarelliste, il croque avec grande précision le paysage, avant de mettre au point les compositions de ses estampes dans son atelier à Paris, durant les mois d’hiver. 

 

Entre 1890 et 1894, il consacre une série de quarante gravures sur bois à la région, intitulée, Paysages bretons, dont la plus grande, composée de cinq planches, représente Le Pardon de Sainte-Anne-La-Palud (1892-1893). À partir de 1897, il consacre quatre séries de lithographies à la Bretagne : Les Aspects de la nature (seize planches, 1897-1898), Le Beau pays de Bretagne (vingt planches, 1898-1917), La Féérie des heures (seize planches, 1901-1902) et Au vent de noroît (quatre planches, 1906). Toutes ses lithographies furent imprimées avec grand soin en douze ou quatorze passages successifs de couleurs chez l’imprimeur Eugène Verneau. 

 

Dans ses estampes, Rivière fait siens les principes des gravures japonaises de Hokusai et Hiroshige, les adaptant au paysage de la Bretagne. Le dessin est simplifié, les figures humaines sont soulignées d’un trait noir, sans modelé. Grand adepte du japonisme, Rivière emprunte à l’art de l’ukiyo-e les effets atmosphériques en dégradé, les points de vue décentrés, les cadrages asymétriques coupant le sujet (comme dans Nuit en mer) ou les vues plongeantes (dans Bateaux au mouillage à Tréboul). Rivière a également pratiqué la photographie et il ne faut pas minorer l’influence de cet art par excellence moderne sur son œil de graveur quand il choisit les cadrages de ses estampes.

 

En Bretagne, considérée à la fin du XIXe siècle comme une terre encore sauvage et préservée de l’industrialisation, Rivière s’intéresse au lien entre mer et terre, aux effets atmosphériques et au travail manuel des hommes et des femmes, toujours en harmonie avec la nature. Il montre la vie des paysans comme des marins, sans pittoresque, ce qui fait de lui l’un des meilleurs observateurs de la Bretagne.

Estampe-Bretagne-Henri-Riviere-Les-Mousses-Riv-08.jpeg

CONFÉRENCE

DSC_0262r_Rivière_mathilde _le_coz.JPG

Samedi 19 juin 2021 à 17h
​Hôtel de la plage
Sainte-Anne-la-Palud

La conférence dévoilera la technique de Rivière pour créer ses lithographies en couleur, avec à l’appui la décomposition des différentes étapes d’impression d’une lithographie - une plongée au cœur du processus créatif de l’artiste.