top of page

LOUISE JANET
BUILDING STORIES



04.06-10.06.24
Vernissage le mardi 4 juin 17h30h - 20h30

Vues d'installation de l'exposition

Louise Janet présente, un an après son diplôme des Beaux-Arts de Paris, Building Stories, sa deuxième exposition personnelle avec un nouveau corpus d’huiles sur toile qui amplifient et rehaussent sa pratique.  Le regard de la peintre s’est affiné, ses petites histoires qu’elle déploie toujours avec légèreté en racontent une plus grande : celle de la vie des uns et des autres dans les mégalopoles en constante transformation.

 

L’artiste qui enregistre de son pinceau les petits riens de la vie quotidienne, celle qui couronne son entourage du statut fièrement défendu de héros du banal, celle encore qui constelle ses toiles de tissus, d’objets et d’images donne un cadre plus large à ses intérieurs : la ville. Elle rentre par la fenêtre ou un écran - surfaces versatiles par excellence -, elle existe par elle-même sans personnage, elle est là mouvante, marquée, souvent seule.

 

Alors que la peintre s’installe à Ivry-sur-Seine, c’est une urbanité en pleine mutation qu’elle doit appréhender : les bâtiments comme les populations se superposent et cohabitent sans se mélanger. Dans sa grande huile sur toile Des histoires de la ville (2024), l’artiste donne à voir une possible ville future, sur l’écran d’ordinateur : une ville de jeu vidéo plus arborée, plus lumineuse alors qu’au-dehors, sont allumées les fenêtres d’une barre de béton d’un Ivry n’appartenant pas encore au passé. 

 

Si l’on reconnaît chez l’artiste son appétence pour les tableaux ou les ouvertures par l’entremise de ses intérieurs chargés d’écrans, de peintures, de livres ou de miroirs, les modules de la ville (ses fenêtres, palissades, pierres et balcons…) fonctionnent comme des cases délimitantes, non loin de celles des bandes dessinées. Dans chaque fenêtre, c’est une nouvelle histoire parallèle qui se joue. Ces modules agissent comme une véritable parabole d’une vie contemporaine compartimentée par des appartements identiques où se déroulent des histoires cloisonnées, menées côte à côte, qui forment nos mégapoles contemporaines.

 

Une lumière souvent irréelle baigne ses scènes d’intérieurs et urbaines. Un bleu-vert froid émane d’ordinateurs, de téléphones, de projecteurs, les personnages sont absorbés devant ces écrans qui captent toute leur attention. Les écrans sont tout autant des prétextes à peindre que des objets transportant ses personnages dans un monde qui n’existe que pour eux, en dehors du tableau, en dehors de la ville. Un brouillard mauve plonge Ivry-sur-Seine dans une atmosphère solitaire et fictive, enveloppant la ville d’un spleen tout contemporain, celui, peut-être, d’être coincé entre un futur irrémédiable qui avance trop vite et un passé qu’on abandonne sans y être préparé. Louise Janet donne une présence psychologique à cette ville, elle-aussi, absorbée et songeuse. 

 

Quand ses toiles sont habitées, ce sont ses proches -  grands-parents, compagnon, frère - que Louise Janet représente avec affection et distance. Seul le monde de l’enfance semble protégé du silence urbain et pensif qui règne dans ses oeuvres. L’artiste s’intègre dans ses saynètes, elle aussi, appartient à cette ville et son corps l’y inscrit pleinement : ses jambes, ses pieds et mêmes son visage tuméfié dans l’autoportrait Le Monstre (2024) - c’est avant tout par le corps qu’une ville est vécue.

 

Avec cette nouvelle exposition, Louise Janet incarne véritablement une peinture de son temps, le contenu de ses oeuvres dépasse les limites de ses châssis pour nous raconter la beauté et le doute solitaires des histoires urbaines. Avec Building Stories l’artiste peint avec poésie ces petites histoires qui font la vie des grandes villes.

LOUISE JANET: BUILDING STORIES

 

Exposition | mardi 4 - lundi 10 juin 2024

Vernissage | lardi 4 juin 17h30 à 20h30

11 rue Michel le Comte, 75003 Paris

Ouvert du mardi au lundi de 14h à 18h

Contact | mathilde.m.lecoz@gmail.com

+33 (0)6 35 60 11 07 - @mathildemlecoz

bottom of page